Conseils graphiques

WEBDESIGN, UX : LES TENDANCES EN 2016

Publié par Thomas Lazzaroni

En 2016, les GAFAM montrent – à nouveau – les tendances à suivre en matière de design et d’expérience utilisateur. Alors que tous les objets deviennent connectés, on en vient à se demander si l’ordinateur ne va pas bientôt disparaître, car en réalité, les tendances 2016, déjà très ambitieuses, laissent imaginer des 2017, 2018 ou 2019 encore plus étonnants !

Besoin d'un graphiste ?
Trouvez gratuitement un graphiste qualifié et disponible !

Déposez votre annonce

Vous êtes graphiste ? Créer un compte gratuitement

Les GAFAM dictent la mode

1

Depuis plusieurs années, Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (les GAFAM) sont les premiers à savoir quelles vont être les prochaines tendances. Cette fois, on constate que ces géants représentant, avec leurs suiveurs, des milliards d’internautes misent sur l’usage de tous les supports, en adaptant leurs contenus à un grand écran comme à une montre connectée.

Par ailleurs, dans le e-commerce, on privilégie l’expérience utilisateur, l’UX, en proposant des produits susceptibles de plaire au client, dans une grille dynamique, changeant en fonction des recherches et achats réalisés. Enfin, le GAFAM design s’améliore et se précise au fil du temps, tout en utilisant de plus en plus le storytelling.

Les usages changent et les appareils se multiplient

D’une part, l’usage des nouvelles technologies ne se limite plus à des supports comme l’ordinateur, la tablette ou le smartphone : montre, voiture connectée ou domotique sont autant de nouveaux défis pour les développeurs d’applications. D’autre part, le web design doit être conçu d’une façon globale, en prenant en compte la communication print, l’enseigne ou le magasin physique.

L’UX, expérience utilisateur : une préoccupation majeure

Les GAFAM et tous les sites web souhaitant perdurer doivent, dans leur stratégie de développement, prendre en compte l’expérience utilisateur, également appelée « UX ».

Commandez un logo personnalisé
à l'un de nos 30 000 graphistes professionnels
Pour toutes les entreprises et tous les budgets

Commander mon logo

En ce sens, un site web doit être capable de mettre en confiance l’internaute, tout en lui montrant de bonnes performances (s’il met du temps à s’afficher, l’UX sera négative). En outre, il faut miser sur la facilité d’utilisation – notamment sur les plateformes e-commerce, l’accessibilité sur tous les supports et une ergonomie à la fois agréable et pertinente.

Les textes existent pour apporter une valeur ajoutée au site web, tout en restant, visuellement, adaptés à la lecture sur écran : il faut aérer les contenus et y ajouter des titres pour les rendre lisibles. L’UI (interface utilisateur) doit, elle aussi, respecter l’usager en étant fluide et plutôt centrée sur les émotions.

2

Le smart-data, l’information pertinente et active

Noyer l’utilisateur sous des informations trop nombreuses est une pratique à bannir définitivement.

Aujourd’hui, le design et le contenu s’entremêlent pour proposer à l’utilisateur des informations synthétisées, pertinentes et représentatives de ce qu’il cherche.

Pour cela, on présente les données en respectant un design soigné, avec des outils comme l’infographie ou le motion design. Les schémas s’approchent de plus en plus de la réalité en étant figuratifs ou semi-figuratifs et peuvent, également, inclure des plans ou tout autre élément permettant à l’individu d’obtenir des informations concrètes et, surtout, utiles pour lui.

Le print 3.0, épuré et recherché

Les conseils donnés pour le print ont drastiquement changé : dans un premier temps, une seule police d’écriture peut être largement suffisante, lorsque l’on ne dispose pas des capacités nécessaires pour mêler harmonieusement des typographies.

Tous les choix sont possibles : polices sans serifs, plutôt rondes ou serifs, plus spécifiques. Le tout est de garder un esprit créatif sans déstabiliser l’usager, le tout en respectant une identité visuelle.

Si possible, on choisit une écriture originale, afin de se distinguer des autres. Par ailleurs, les visuels concrets, comme les photographies de très bonne qualité, rajoutent du caractère aux supports de communication.

Immerger l’utilisateur dans son univers

Avec des animations, des photos, vidéos ou encore du motion UI, il faut penser un design dit « émotionnel », qui parle facilement à l’individu.

Pour cela, il est conseillé de recourir à des pratiques comme le storytelling, particulièrement fédérateur. On manipule le HTML, le CSS et JavaScript avec dextérité dans l’objectif de susciter le plus grand intérêt des visiteurs.

Les images ou vidéos en pleine page sont très efficaces, c’est la raison pour laquelle beaucoup de thèmes proposent un premier élément affiché dans de grandes dimensions suivi, au défilement de la page, d’autres informations. Le tout est de capter l’attention pour inviter l’internaute à chercher plus loin.

L’artistique différencie une interface des autres

Pour se démarquer définitivement des concurrents et autres sites Internet, il est judicieux de faire appel à sa créativité et à son esprit artistique.

User de métaphores, de photographies faisant appel aux émotions ou de réalisations tout à fait uniques permet de stimuler la curiosité de l’internaute, de le garder plus longtemps sur le site et même de le mettre en confiance. Plus étonnant encore, il est n’est pas déconseillé de choisir des couleurs peu fréquentes et électriques : elles créeront une véritable identité et, bien maniées, elles permettent d’égayer une interface.

La « gamification » : le jeu devient un outil de communication

4

Même si votre site vise à communiqué une information sérieuse, le jeu peut être utilisé : il permet d’impliquer totalement l’utilisateur, ce qui facilite la mémorisation.

D’autres programmes plus ludiques ont déjà prouvé leur efficacité, à l’image de l’outil Androidify, permettant de créer un personnage Android à son image. Parallèlement, la qualité du jeu est importante : certains n’hésitent pas à opter pour de la 3D ou de la réalité augmentée, même si les visuels plus « rétro » restent encore appréciés. Finalement, de nombreuses sortes de jeux existent, du Newsgame pour informer au Socialgame sur les réseaux sociaux, en passant par l’Advergame, à des fins publicitaires.

Les réseaux sociaux perdurent face aux nouveaux qui émergent

Si Facebook continue de réunir de nombreux utilisateurs, d’autres programmes permettant de s’exprimer de façon plus anonyme, à l’image de Canary, Gossip ou encore Yik Yak, émergent. Par ailleurs, certaines applications comme Snapchat tirent leur spécificité de l’éphémère. Plus étonnant, les internautes sont nombreux à préférer s’exprimer longuement sur des blogs.

Côté professionnel, les traditionnels Linkedin, Scoop.it et Viadeo gardent leur aspect sérieux, puisque les membres de ces communautés partagent de plus en plus de contenus liés à leur métier. Malgré tout, Facebook garde son hégémonie et continue de se développer, en ayant, par exemple, ajouté des émotions au bouton « J’aime ».

Le boom de l’Internet of Things

Avec l’Internet of Things, les objets se connectent tous : les smartphones peuvent aider l’utilisateur à entretenir ses plantes ou à reconnaître un légume pour mieux le cuisiner, l’impression en 3D se démocratise et la domotique est plus que jamais omniprésente.

En effet, de plus en plus d’outils permettent de fermer ses volets électriques, d’allumer ou d’éteindre la télé ou encore de régler le chauffage simplement, avec une tablette ou un téléphone. De plus, Amazon a développé un dispositif permettant de contrôler son logement avec la voix. En outre, contre toute attente, les montres connectées reprennent l’apparence d’une montre traditionnelle, tandis que les robots se développent et que le jeu devient plus réel que jamais.

Notez cet article

Laissez un commentaire