Inspiration Packaging

La signification de 10 pochettes d’albums célèbres

Signification couverture albums célèbres
Publié par Charlotte Chollat

Nous avons tous déjà chanté – de façon plus ou moins juste – sur un tube des Beatles, de Michael Jackson ou même de Taylor Swift.

Besoin d'un graphiste ?
Trouvez gratuitement un graphiste qualifié et disponible !

Déposez votre annonce

Vous êtes graphiste ? Créer un compte gratuitement

Vous savez quel est le point commun entre ces trois artistes ? En plus d’avoir réalisé une ou plusieurs chansons au succès planétaire, certaines de leurs pochettes d’albums sont devenues mythiques. Mais connaissez-vous réellement leurs significations ?

La couverture d’un album de musique n’est pas créée au hasard, tout à un sens (ou presque) !

Aujourd’hui, je vous propose un voyage musical à travers le temps pour vous révéler les significations de 10 pochettes d’albums célèbres.

The Beatles – Abbey Road

The Beatles - Abbey Road

Cette pochette a traversé les générations car même les plus jeunes d’aujourd’hui connaissent cette image.

Si la photographie paraît d’une grande simplicité, le sens qui s’y cache est beaucoup plus subtil. Pour le comprendre, il faut remonter dans les années 1960 où une macabre rumeur a circulé pendant la création de l’album.

Commandez un logo personnalisé
à l'un de nos 30 000 graphistes professionnels
Pour toutes les entreprises et tous les budgets

Commander mon logo

Un journaliste américain a en effet publié un article confirmant que Paul McCartney était décédé dans un accident de voiture et que ce serait tout simplement un sosie qui aurait pris la place de la star.

L’image de l’album Abbey Road semble ironiser la situation : Paul McCartney est le seul membre du groupe n’ayant pas de chaussures et la marche ressemble plus à une procession funéraire.

Pink Floyd – Dark Side of the Moon

Pink Floyd - Dark Side of the Moon

La pochette de cet album représente simplement un prisme sur fond noir, à travers lequel un faisceau lumineux se transforme pour représenter les différentes couleurs du spectre. Vous remarquerez que ni le nom du groupe, ni le nom de l’album n’apparaissent.

Cette illustration est pourtant devenue célèbre. Le triangle est symbole d’ambition, le trait lumineux tend à représenter le pureté du son tandis que les couleurs représentent les lumières de la scène.

Les fans ont également développé leurs propres explications et beaucoup s’accordent à dire que ce travail artistique et minimaliste a pour objectif d’inviter les auditeurs à écouter les titres.

The Velvet Underground – The Velvet Underground & Nico

The Velvet Underground & Nico

La pochette de cet album a été créée par l’artiste américain Andy Warhol lui-même.

Mais pourquoi une banane ? Il faut savoir que ce fruit se retrouve dans de nombreuses natures mortes et même dans le pop-art, courant artistique d’Andy Warhol. Symbole de la société de consommation, la banane porte également une connotation sexuelle.

L’utilisation de ce fruit n’est donc pas tellement surprenante lorsqu’on sait que de nombreuses chansons de l’album traitent de sexe, de prostitution et même de sadomasochisme.

Le saviez-vous ?
Jusqu’en 1971, la banane de chaque album était en réalité un sticker. Une fois décollé il laissait apparaître une banane rose.

Taylor Swift – 1989

Taylor Swift - 1989

Si la pochette de cet album de Taylor Swift est devenue si célèbre, c’est d’abord parce qu’en 2014 la plupart des couvertures se voulaient modernes avec des graphismes aux couleurs vives.

Le visuel quelque peu vintage avec cette photo polaroïd est également en lien avec les titres qui se trouvent à l’intérieur du CD : ceux-ci ont été inspirés de chansons pop de la fin des années 1980.

Quant au portait coupé, sachez que cela est tout simplement accidentel. Taylor Swift a déclaré qu’un tel cadrage n’était pas voulu mais que c’est finalement cette photo qu’elle a préféré.

Michael Jackson – Dangerous

Michael Jackson - Dangerous

On pourrait regarder la pochette de cet album comme un tableau, une oeuvre d’art, tant il y a de détails.

Réalisée par Mark Ryden, cette couverture se veut le reflet de la vie personnelle et professionnelle de Michael Jackson.

En haut de l’image vous pouvez voir un singe. Il s’agirait de Bubbles, un singe que l’artiste a sauvé d’un centre de recherche contre le cancer. Les éléphants quant à eux rappellent cette fameuse phrase de Michael : « What about elephants, have we lost the trust ? ».

Le décor rappelle l’univers du cirque au sein duquel les animaux tentent de s’échapper grâce aux nacelles d’un train, en se dirigeant vers le monde extérieur. Un monde extérieur loin d’être idéal puisque Aleister Crowley, personne jugée malsaine, les attend. Vous remarquerez enfin les couleurs sombres et l’écriteau « Dangerous » qui surplombe la « porte de sortie ».

De nombreuses autres significations sont présentent dans cette image, je vous laisse le soin de l’analyser et n‘hésitez pas à partager vos trouvailles en commentaire 🙂

Rage Against The Machine – Rage Against The Machine

Rage Against The Machine

Après avoir créé un album radical et alimenté par la politique, le groupe Race Against The Machine décide d’en faire de même pour la pochette.

Ils ont choisit d’y placer une image célèbre du photographe Malcolm Brown sur laquelle le moine bouddhiste Thích Quảng Đức s’immole pour protester contre l’oppression qui se déroulait au Vietnam à l’égard du bouddhisme.

The Clash – London Calling

The Clash - London Calling

L’image de l’album London Calling n’est autre qu’un hommage au premier album d’Elvis Presley. Alors que la pochette de ce dernier capture le musicien en train de chanter, celle de The Clash capture le moment où Paul Simonon détruit sa basse sur scène.

Il faut dire que la reprise du lettrage et de la composition graphique de l’album d’Elvis fût provocateur : il était considéré à l’époque comme le roi du rock tandis que le groupe The Clash était beaucoup moins connu.

Le saviez-vous ?
En 2002, le magazine Q a nommé la photo de Paul Simonon comme la meilleure de l’histoire du rock’n roll.

Elvis Presley

Lorde – Melodrama

Lorde - Melodrama

Peint par l’artiste Sam McKinnis, le portait à la lumière bleue de Lorde s’inspire des chansons de l’album qui évoquent la nuit et l’après-fête. La photographie d’origine a été prise dans un appartement de Brooklyn.

Si cette pochette d’album est devenue mythique c’est parce qu’elle contraste efficacement avec les couvertures numérisées de l’univers pop.

Notez enfin que cette pochette d’album semble être un vrai tableau puisqu’aucune inscription n’y figure.

Bruce Springsteen – Born in the U.S.A

Bruce Springsteen - Born in the U.S.A

Cette photographie d’Annie Liebowitz donne un aperçu rapide des thèmes abordés dans les chansons de l’album de Bruce Springsteen.

Les rayures rouges en blanches laissent penser au drapeau américain , tandis que le jean délavé et la casquette font penser au travail acharné et au voyage sur les routes. Cette pochette est d’ailleurs en total accord avec les fans du chanteur, beaucoup étant issus de la classe ouvrière.

Patti Smith – Horses

Patti Smith - Horses

Pour terminer notre voyage musical je vous propose l’album Horses de Patti Smith.

Son premier album restera légendaire, même avec son simple portrait. L’image a été prise par l‘un de ses amis, Robert Mapplethorpe, dans un appartement de Greenwich Village. On peut y voir l’artiste habillée en garçonne, fixant le spectateur.

La photographie en noir et blanc est un réel parti-pris et fait écho au rock révolté de Patti Smith, en rupture avec ce qui se fait sur la scène musicale de l’époque.

Laissez un commentaire