Impression

Impression : Comment bien créer vos gabarits de fichiers ?

créer des gabarits de fichier
Publié par Solenne Ricard

Toute campagne de communication print nécessite une impression de vos supports dans les règles de l’Art. Les entreprises ne sont toutefois pas toutes au fait des besoins de l’imprimeur, et les fichiers transmis à ces derniers sont souvent très loin d’être optimisés pour l’impression. Conséquence, la qualité de l’imprimé en pâtit parfois lourdement. Fond perdu, formats, colorimétrie, résolution…

Voici comment bien créer vos gabarits de fichiers pour une impression optimale.

 

Le gabarit, qu’est-ce que c’est ?

gabarit impression

Le  gabarit est un modèle vierge, un template qui rassemble toutes les caractéristiques techniques nécessaires à l’impression du fichier selon les normes. En d’autres termes, le gabarit représente la ligne de conduite de votre design. Cet outil est donc un guide incontournable qui vous aide à bien préparer vos fichiers destinés à l’impression.

Le gabarit permet de restreindre drastiquement les erreurs de format et de résolution, afin d’obtenir une impression de qualité.

Grâce à lui, client et imprimeur gagne du temps et de l’argent, puisqu’il limite les remaniements successifs de vos fichiers.

 

Bien préparer un gabarit de fichier

Flyers, cartes de visite, affiches, dépliants, brochures, ou encore plaquettes commerciales… quel que soit votre support de communication, vous devez concevoir des fichiers d’impression qui respectent certaines normes. Leur préparation est donc primordiale et doit suivre quelques bonnes pratiques.

 

1. Le fond perdu

Le fond perdu est la partie qui s’étend au-delà du format fini. Tous les gabarits sont pourvus d’un fond perdu puisque celui-ci est essentiel en cas de redimensionnement de votre graphisme durant l’impression.

Attention
Un fond perdu efficace ne doit jamais présenter d’éléments indispensables à votre design comme : un logo, une photo importante, un texte, ou encore les coordonnées de votre entreprise. En résumé, le fond perdu est toujours laissé vierge.

Lorsque vous concevez votre graphisme, vous devez donc lui attribuer des marges d’environ 5 mm. Cet espace supplémentaire disparaîtra après impression, au moment de la coupe de votre support graphique. De cette façon, seuls ses éléments principaux et centraux sont conservés.

 

2. Les couleurs

Il peut exister des différences entre les couleurs observées sur votre ordinateur lorsque vous concevez votre fichier, et celles obtenues après impression. De fait, leur intensité peut fluctuer, ce qui impacte parfois cruellement le rendu final de votre design.

Pour éviter le phénomène, vous devez donc veiller à utiliser le bon mode colorimétrique. En effet, il en existe deux :

  • Le mode RVB qui regroupe trois couleurs primaires (Rouge Vert Bleu) et que l’on utilise exclusivement pour la création de supports graphiques destiné au web.
  • Le CMJN (Cyan Magenta Jaune Noir) est quant à lui destiné à l’impression. C’est donc ce mode colorimétrique que vous devez absolument privilégier lorsque vous concevez vos supports de communication destinés à être imprimés. Ce mode offre une vaste palette de couleurs et permet de créer des visuels de très haute qualité.

Flyer réalisé par Ritcho

 

3. Le format du fichier

Fichiers .PNG, .JPG, .BMP, ou encore .GIF… vous connaissez sans aucun doute ces différents formats d’image. Il se peut que votre imprimeur vous recommande un format plutôt qu’un autre, n’hésitez donc pas à lui poser la question avant de lui envoyer votre fichier d’impression.

Notre conseil
S’il est injoignable, privilégiez toujours le format .PDF Haute Résolution au moment d’enregistrer votre document. Ce format est idéal pour obtenir un fichier de bonne qualité et bien adapté à l’impression.

 

4. La résolution

La résolution d’une image représente le nombre de pixels par pouce qu’elle contient (1 pouce = 2,54 cm). Elle s’exprime en “PPP” (points par pouce) ou en DPI (dots per inch). Plus il y a de pixels par pouce et plus l’image est précise.

Afin d’obtenir un design optimal et professionnel, vous devez donc également veiller à utiliser la bonne résolution.

  • Si vous concevez le design d’un logo, d’une illustration publicitaire, de cartes de visite ou d’un flyer, optez pour une résolution de 300 DPI minimum. Votre image sera ainsi parfaitement nette et propre pour passer en impression.
  • Si vous concevez le design d’un fichier de grandes dimensions, vous devez alors privilégier une résolution de 600 DPI au minimum. Le visuel restera ainsi parfaitement net et propre, même de loin.

Catalogue réalisé par Pascal Vichi

 

5. Le format vectoriel

Un graphisme destiné à l’impression requiert généralement l’utilisation d’un format vectoriel au moment de sa conception.

Une image vectorielle ne se compose pas de pixels, mais de plusieurs formes géométriques. Le grand avantage de ce format est ainsi de permettre un agrandissement ou un rétrécissement infini de l’image, sans jamais perdre en qualité.

En revanche, les images composées de pixels deviennent floues lorsqu’elles sont agrandies. C’est donc pour cette raison que l’image vectorielle est privilégiée, afin de toujours bénéficier d’un visuel parfaitement net, quel que soit son degré d’agrandissement ou de rétrécissement.

 

Vous cherchez un graphiste expérimenté afin de concevoir vos supports de communication destinés à l’impression ? Logo, affiches publicitaires, flyers, plaquettes… consultez les profils des professionnels talentueux recensés sur Graphiste.com.

Laissez un commentaire