Conseils graphiques Impression

Le guide pour créer un kakemono efficace

Publié par Camille

Le kakemono, ou “affiche suspendue”, est un support visuel qui se déroule dans des lieux de plus en plus variés.

Sur les salons professionnels, bien sûr, mais aussi à l’entrée des commerces ou pour des opérations promotionnelles variées. Ce long format vertical nécessite une mise en page adaptée pour tirer le meilleur profit de son apparence.

 

D’où vient le kakemono ?

Si l’on s’en réfère à la simple histoire, le kakemono provient de Chine et d’une époque très ancienne (entre le VIIe et le Xe siècle). À l’époque, ces longs rouleaux présentaient surtout des textes bouddhiques, et leur utilisation était semi-privée.

Le document pouvait être enroulé sur lui-même pour le transport, puis suspendu à l’endroit désiré. C’est le même principe qui sous-tend les kakemonos actuels, aussi appelés enrouleurs, roll-ups ou totems.

Ce dernier nom confère toujours une aura presque sacrée à ces publicités semi-ambulantes qui tiennent debout presque toutes seules (grâce à des structures autoportantes) en toutes circonstances.

Attention
On ne dessine pas le plan d’un kakemono comme celui d’une affiche : passer du format horizontal au format vertical ne s’improvise pas.

 

Pour quel usage ?

Le kakemono est facile à installer, simple à porter d’un stand à un autre et disponible dans de nombreux formats. Il peut s’adapter à n’importe quelle manifestation pour mettre en avant votre message. Il peut également avoir comme fonction de décorer.

On utilise le kakemono en guise de :

  • Décoration
  • Information et signalisation
  • Présentations
  • Salons exposition évènements commerciaux
  • Séances de formation
  • Affiches de vitrines

Le kakemono est un support de communication parfait pour communiquer très facilement un message clair, précis et concis. Rapidement, vos potentiels clients enregistrent l’essentiel, permettant à votre entreprise d’être repérée.

Il est l’outil idéal lors de salons, de foires ou tout simplement sur les lieux de ventes.

En un simple coup d’oeil, l’attention des passagers proches de votre Kakémono est automatiquement captée ! Léger et mobile d’un point A à un point B, c’est donc un outil de communication essentiel pour votre stratégie de communication !

Attention
Ne confondez pas le kakemono avec le roll’up !

Ces 2 outils de communication sont extrêmement ressemblant l’un de l’autre. Pourtant, une différence existe et pas des moindre : le kakémono est suspendu alors que le roll’up est posé au sol.

Lorsque ces 2 outils se voient réunis sur le même PLV, le visuel d’ensemble est encore plus agréable à observer : modernité et légèreté sont de mise. Toutefois, le kakémono a un avantage. Il est effectivement plus facile à transporter et à installer. Cela n’enlève rien au roll’up qui reste très apprécié.

 

Respecter le sens de lecture du kakemono

La notion de hiérarchie visuelle est d’autant plus importante pour un kakemono. Spontanément, un être humain va d’abord lire ce qui est à hauteur de son regard. Il portera ensuite ses yeux sur le sommet du kakemono, puis descendra progressivement.

Notre conseil
Pour cette raison, l’élément principal, celui sur lequel vous voulez attirer l’attention, doit être mis en avant au centre du totem.

Vous guiderez ensuite la lecture en fonction de vos besoins, avec des phrases d’accroche courtes (elles doivent tenir sur deux lignes au maximum), des chiffres-clés et des informations pertinentes. Il peut être intéressant de proposer plusieurs chemins de lecture possibles, avec des phrases qui fonctionnent indépendamment les unes des autres.

L’étroitesse relative du kakemono oblige à repenser le texte publicitaire.

 

La bonne place pour un logo

Il est d’usage de placer le logo au sommet du kakemono, pour une meilleure visibilité. Néanmoins, un rappel, dans un format inférieur, peut avoir son utilité en bas du dérouleur.

Rappelez-vous
Il faut multiplier les pistes de lecture. Si le totem doit servir de repère pour mieux vous situer, le logo doit évidemment être plus grand, et visible de loin.

Si, au contraire, le kakemono est situé à l’intérieur d’un commerce, le logo peut être de dimensions plus réduites, son rôle étant moins essentiel.

 

Couleurs, typographies et autres détails

La couleur est importante pour attirer l’œil. Elle fera donc partie d’un kakemono, que ce soit pour son fond, comme pour les visuels sélectionnés ou les polices de caractère.

Néanmoins, comme pour tout visuel, il faut rester attentif à ne pas multiplier les couleurs : deux ou trois teintes dominantes sont toujours suffisantes.

Au moment de la sélection des images, pensez qu’elles devront trouver leur place sur un format vertical sans perdre de leur force ni être étirées. Un kakemono mesure en moyenne 80 cm sur 200. Différents modèles existent : adaptez votre document à votre format. Pas l’inverse.

Notre conseil
La lecture étant particulièrement rapide sur un kakemono, il est préférable d’éviter les polices trop fantaisistes et difficilement lisibles, sauf pour du texte plus accessoire.

 

Ne négligez pas l’harmonie de votre kakemono : il doit être aussi agréable à regarder que pratique à lire.

Utilisez à bon escient les espaces blancs, n’oubliez pas les informations essentielles (comme le nom de votre société et des coordonnées de contact) et vous disposerez d’un outil visuel qui se fera remarquer. Dans le meilleur sens du terme.

 

Sur Graphiste.com des centaines de graphistes freelances sont qualifiés et disponibles. N’hésitez pas à faire appel à un graphiste freelance pour vous accompagner dans la création du visuel de votre kakemono.

1 Commentaire

Laissez un commentaire