Conseils graphiques

5 conseils pour créer un menu de restaurant qui ouvre l’appétit !

Publié par Thomas Lazzaroni

Pour l’ouverture d’un restaurant, la logique veut que l’on pense d’abord à trouver un nom pour le restaurant, au contenu des assiettes, puis au décor qui entourera celles-ci… Mais on néglige un peu trop souvent le menu. La plupart du temps, il faut encore se contenter d’une simple liste de plats, parfois mal orthographiés. Ou disposés d’une manière qui donne plus envie de prendre un cachet pour le mal de tête qu’un dessert !

Un menu bien présenté peut pourtant faire toute la différence…

La science au service de la lecture des menus

Il y a mieux encore que la cuisine moléculaire. Ce sont les études scientifiques qui étudient comment mieux vendre avec un menu aux petits oignons. D’abord, les chiffres :

7 entrées, 10 plats et 7 desserts.

Ce serait le nombre idéal de plats pour ne pas trop égarer les gourmands. À noter que, pour les fast-foods, la sélection devrait se limiter à six dans chacune des catégories. C’est en tout cas ce qu’ont établi des chercheurs de l’université de Bornemouth.

La psychologie de la lecture de menus s’appuie aussi sur les connaissances acquises pour la mise en page de tous les documents écrits : nos yeux examinent une page en suivant une ligne en Z, et en partant du point supérieur gauche. Connaître ces points d’accroche permet de savoir où placer les plats qui feront le plus saliver les consommateurs… ou ceux que l’on souhaite le plus vendre !

Ils attireront d’autant plus le regard qu’ils seront placés près d’images, de pictogrammes (comme celui du « fait maison »), ou qu’ils sont soulignés de gras (on parle toujours de typographie, pas de taches malvenues…)

Et au menu nous avons…

Selon les pays et les cultures, les goûts changent en ce qui concerne la présentation des menus. Certains par exemple préféreront les photos aux descriptions textuelles. C’est notamment le cas en Asie (et ce peut être un véritable atout pour mieux vendre sa carte à des clients étrangers).

Ce qui fera pourtant la différence, c’est un menu qui ose jouer sur la carte du graphisme. Par exemple des dessins vintage seraient un assaisonnement de choix pour mettre en valeur les différentes rubriques (entrées, viandes, poissons…).

La mise en page peut aussi être adaptée : non, un menu ce n’est pas nécessairement des feuilles A4 glissées dans une pochette plastifiée ! Le menu peut se déplier, se dérouler, être fixé avec une pince sur une planche de bois… Ces options ne sont pas plus onéreuses, mais sont incontestablement de bon goût ! Et ce peut être aussi l’occasion de réfléchir à une manière plus appétissante de présenter les plats du jour. Ajouter sa pincée de sel au moment de réfléchir à la présentation de son menu, c’est prouver qu’on est à point sur le sujet de la communication.

Plus que des plats

Le menu, c’est déjà une mise en bouche pour les estomacs affamés qui sont attablés dans la salle de restaurant. Il doit les faire rêver, leur donner envie. Il est comme la cerise sur le gâteau… mais avant le gâteau !

C’est l’occasion de montrer ce qui vous différencie. On est loin de l’époque où l’on vendait une « nage d’habitants des rivières sur lit de pousses vertes » pour du poisson avec des épinards. De nos jours, on va plutôt insérer des petites touches d’humour en bas des pages du menu, pourquoi pas votre histoire, ou des citations qui vous inspirent ? Les gens viennent dans un restaurant pour manger, ils y reviennent pour ce qu’ils ont trouvé aussi en dehors de leurs assiettes. Votre menu peut être un lien entre eux et vous. Il doit les accueillir avec soin et talent. Il ne faut pas noyer le poisson en l’empêchant de trouver la liste de vos plats… mais vous pouvez tout à fait les entourer. Un client qui aime ce qu’il lit, ce qu’il voit, sera d’autant plus enclin à se laisser tenter par un plat peut-être un peu plus onéreux. Ce sera sa manière à lui de participer à l’ambiance que vous aurez créée.

L’avenir des menus pourrait bien être numérique. Demain, nous verrons de plus en plus de menus proposés sur des tablettes tactiles dans les échoppes des restaurateurs. C’est peut-être aussi un procédé auquel vous pouvez vous intéresser. Pour le moment, le papier est encore plein de potentiel. Il ne se découpe d’ailleurs pas au couteau mais par des machines qui peuvent lui faire prendre de nombreuses formes différentes. Pensez-y !

N’hésitez pas à utiliser Graphiste.com pour faire réaliser votre menu.

 

Rédigé par Mélanie De Coster

1 Commentaire

Laissez un commentaire