Conseils graphiques

Comment faire une newsletter pertinente ?

Publié par Thomas Lazzaroni

Informationnelle ou commerciale, la newsletter est un mail diffusé régulièrement à des internautes inscrits volontairement.

Prenant couramment la forme d’un bulletin d’information, elle permet de recevoir des nouvelles d’un journal en ligne, le sommaire des publications d’un site Internet, les modalités de promotions sur une boutique de e-commerce ou encore les différentes activités d’une société ou d’une association.

Pour qu’elle soit lue par le plus grand nombre de personnes, la newsletter doit être visuellement attractive, structurée et pertinente.

Dans cette optique, plusieurs conseils permettent de créer l’e-mail le plus adapté aux attentes du destinataire : côté design, il est indispensable de s’atteler à créer quelque chose de lisible et de visuellement attractif.

Consultez également les outils pour envoyer vos newsletters.

 

Un rythme de publication hebdomadaire

Avant même d’envoyer une newsletter, il est primordial de déterminer le rythme et le moment adéquat pour son envoi : ce choix conditionne la réussite ou l’échec de l’opération.

Notre conseil
Publier en DÉBUT de MATINÉE, le mardi ou le jeudi, vers 9h00.

L’heure d’envoi

Lorsque l’on sait que 25 % des e-mails sont ouverts dans la première heure suivant l’envoi, on comprend l’importance du choix du moment de l’expédition. Tandis que beaucoup de messages sont lus le matin, très peu le sont après 18h.

  • L’idéal serait donc d’opter pour un envoi en début de matinée, entre 8h et 9h.
  • Soit en milieu d’après-midi, entre 15h et 16h.
Si l’après-midi semble être le moment idéal pour envoyer sa newsletter, on déconseille vivement de le faire après 22h, puisque le message risquerait d’être raté par son destinataire.

Commandez un logo personnalisé
à l'un de nos 30 000 graphistes professionnels
Pour toutes les entreprises et tous les budgets

Commander mon logo

Le jour d’envoi

Il est compliqué de trouver le meilleur jour pour envoyer une newsletter : plusieurs jours sont déconseillés, et ceci pour des raisons différentes.

  • Les individus lisent peu leurs e-mails le lundi, car ils sont trop occupés en début de semaine ;
  • Le mercredi, ils s’occupent de leurs enfants et passent peu de temps sur l’ordinateur ;
  • Le vendredi, ils tentent de boucler rapidement le travail de la semaine ;
  • Tandis que, le week-end, ils s’adonnent à des loisirs les empêchant de se connecter sur leur boîte mail ;
  • Finalement, les jours les mieux adaptés semblent être le mardi ou le jeudi.

 

La périodicité : hebdomadaire voire mensuelle

La newsletter doit offrir un repère au lecteur et créer une attente : en conséquence, il faut fixer une périodicité d’envoi à laquelle il s’agit de se tenir.

Concernant le rythme à adopter concrètement, il dépend des objectifs de l’entreprise : s’il s’agit d’informer sur d’éventuelles informations propres à une société, un rythme mensuel paraît adéquat.

Cependant, lorsque vous avez suffisamment de matière, pour apporter de nouvelles informations, vous pouvez choisir une newsletter hebdomadaire, en veillant à toujours offrir de l’inédit au lecteur.

Dans tous les cas, deux conseils sont essentiels à retenir :

  • Les envois trop fréquents risquent d’importuner le destinataire ;
  • Les envois trop rares peuvent entraîner une perte de lecteurs.
Finalement, à propos de la régularité d’une newsletter, le bon compromis peut se trouver au fil de l’expérience, après avoir testé plusieurs alternatives.

 

Un design efficace et optimal

Une newsletter peut prendre deux formats différents –  texte ou responsive. Si le texte présente l’avantage d’être chargé rapidement sur ordinateur comme sur Smartphone, il ne permet pas de faire autant d’efforts sur le design.

Préférez le responsive !

Le format responsive, lui, facilite une mise en page plus originale, avec des éléments graphiques plus recherchés. Cependant, pour rester dans le « responsive », il faut veiller à ce que la newsletter puisse être lue sur tous les appareils, sans que l’individu rencontre des difficultés pour voir les efforts de graphisme effectués.

Si vous avez pour coutume de vous débattre avec le HTML pour obtenir un rendu correct, sachez que les utilisateurs de Blackberry – par exemple – ne peuvent afficher leurs messages qu’en format texte. A destination de ces personnes, n’hésitez pas à générer une version texte de votre newsletter, avec des logiciels comme Premailer.

 

Quelques conseils à suivre en responsive

Un tableau pour organiser la mise en page

Pour la mise en page, vous pouvez tout à fait utiliser des tableaux, en y insérant quelques petites images si vous le souhaitez : toutefois n’oubliez pas d’y ajouter l’attribut « Alt », seule information affichée pour un utilisateur n’ayant pas activé les images.

Voici, par exemple, une newsletter structurée sur la base d’un tableau, avec plusieurs lignes et colonnes. Le rendu est simple, lisible, concis et compatible avec plusieurs appareils et clients mails tels Google, Yahoo !, Orange ou Outlook.

600 px de largeur

Avant d’envoyer votre newsletter, quelques petites vérifications s’imposent.

Dans un premier temps, contrôlez scrupuleusement la largeur de votre message : on conseille de ne pas aller au-delà des 600 pixels, afin de permettre à tout le monde de profiter d’une lecture agréable.

Typographie : préférez des polices systèmes

Concernant les typographies, optez pour des polices systèmes comme Arial, Times New Roman, Verdana, Tahoma, Comic Sans MS ou Helvetica.

En effet, les polices non-standards ne sont pas interprétées dans le cas où le destinataire ne les possède pas, ce qui peut aboutir à un résultat visuel peu agréable.

Conformité à la charte graphique de l’entreprise

Du premier coup d’œil, l’internaute recevant votre newsletter doit identifier l’expéditeur.

Pour cela, si vous devez mentionner clairement votre nom, d’autres détails graphiques sont impératifs à respecter : il faut que votre structure globale reprenne la charte graphique de votre site Internet. Les couleurs, typographies et logos doivent être les mêmes, pour ne pas égarer le lecteur.

 

Une structure de newsletter efficace

Lorsque l’on envoie une newsletter, il est indispensable de donner envie au lecteur de lire l’e-mail – et vous ne disposez généralement que de quelques minutes pour le faire.

S’il est inutile de se lancer dans des démarches longues et compliquées, quelques petits conseils peuvent être amplement suffisants pour attirer astucieusement l’internaute.

1. Un objet concret

Pour attirer rapidement le lecteur, l’objet de votre message doit être court et explicite.

Afin d’inciter à la lecture, optez pour une formulation brève et incitative : on évite les termes génériques comme « newsletter n°4 », au profit de phrases comme « 10 conseils pour stimuler votre e-réputation » ou encore « jeu concours gratuit » – en fonction des objectifs de l’entreprise.

Attention
Attention, il existe une liste de mots clés interdits par les fournisseurs, qui feront que vos emails finiront en Spam. Vous pouvez consulter cet article pour plus de précision.

 

2. Un expéditeur précis

Par ailleurs, ne créez pas un nom d’expéditeur trop alambiqué : comme pour l’objet de l’e-mail, il faut rester simple et concis. Dans cette optique, contentez-vous d’utiliser votre nom ou – à défaut – celui de l’entreprise.

email entête graphiste

Soignez l’objet et l’expéditeur de la newsletter !

3. Une mise en avant de l’essentiel

De plus, lorsqu’il ouvre l’e-mail, l’internaute doit pouvoir – rapidement – comprendre l’essentiel : un texte trop long ou un fichier mettant trop de temps à s’afficher risquerait de l’agacer et de le décourager.

Pour éviter cela, il faut penser la structure bien avant d’envoyer l’e-mail, notamment en réfléchissant à un éventuel plan faisant ressortir les idées principales, d’une façon simple et rapidement visible.

 

Le corps de la newsletter

1. Une structure compréhensible dès le premier regard

Dès le premier coup d’œil, le destinataire de votre newsletter doit en saisir la structure : les titres, très explicites, doivent également être visibles. Ils reprennent idéalement l’essentiel des informations pour inciter le lecteur à lire l’intégralité de l’e-mail.

2. La présence obligatoire du lien de désabonnement

Enfin, selon la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, il est obligatoire d’ajouter, en bas de page, un lien permettant à l’internaute de se désabonner.

Par ailleurs, si l’e-mail est destiné à des particuliers, il est impératif d’obtenir leur accord au moment de la collecte de l’adresse électronique.

 

3. Le piège des images

Si les images haute-définition sont tentantes pour leur rendu final, ce n’est pas la meilleure solution à adopter : souvent très longues à charger, elles peuvent – dans certains cas – complètement bloquer la messagerie de l’utilisateur.

Ce dysfonctionnement pourrait l’inciter à abandonner la lecture et, s’il survient trop fréquemment, à se désabonner définitivement.

Finalement, plusieurs conseils sont utiles quant à l’utilisation des images :

  • Préférez toujours un format texte pour les contenus importants comme les titres, les liens hypertextes ou les incitations à l’action.
  • Ajoutez, en haut de l’e-mail, un lien pour visionner la newsletter en ligne, afin de faire bénéficier l’utilisateur des images et autres efforts de graphisme.
  • Ajustez la largeur et la longueur de vos images pour qu’elles puissent s’afficher correctement, sans nuire aux efforts de mise en page.
  • Testez votre newsletter avec blocage des images, pour vérifier si elle est tout de même lisible.

 

4. Les risques des pièces jointes

Bannissez les pièces-jointes, susceptibles d’alourdir les e-mails – sans compter le fait qu’elles risquent d’être considérées comme frauduleuses.

Dans ce type de cas, le message est directement placé dans la catégorie « Spam » de la messagerie, ce qui limite considérablement les chances d’être lu.

 

En résumé…

Finalement, l’envoi de votre newsletter n’est qu’une étape : par la suite, il faudra suivre ses effets, analyser son impact et tenter de fidéliser au maximum les lecteurs.

Pour assurer le suivi du nombre d’abonnés, le taux d’ouverture et de clics sur chaque campagne, plusieurs solutions en ligne existent :

  • MailChimp vous permet ainsi de constituer plusieurs listes de diffusion, de personnaliser votre mise en page et de tester vos envois, tout en intégrant un formulaire d’inscription directement sur votre site web et en offrant des détails statistiques.
  • Ces mêmes services sont assurés par d’autres programmes comme Simple Mail, YMLP ou MailJet.
Par l’intermédiaire de ces différents outils, vous avez toutes les clés en main pour faire de votre newsletter un véritable rendez-vous attendu par ses lecteurs.

1 Commentaire

  • Bonjour,

    Article très intéressant! Juste une petit précision : Pour éviter que le message ne tombe dans la boite de Spam il est recommandé d’éviter des termes comme ‘Gratuit’ , ‘Promo’ et des signes comme ‘!’ et ‘?’ dans l’objet du message.

    Merci

Laissez un commentaire